Search - Minitek Discussions
Search - EasyDiscuss
Search - Ignite Gallery
Search - Categories
Search - Contacts
Search - Content
Search - News Feeds
Search - Web Links
Search - Tags
Search - Easy Blog
Duterte commémore les 22 victimes  de l'explosion d'une bombe à l'aéroport de Davao en 2003

Depuis son élection en mai dernier, le nouveau président philippin a le rare privilège d’intéresser de près les médias et pour cause: il veut sortir son pays de la pauvreté et de la violence et les moyens qu'il a choisi pour le faire ne plaisent pas.

 

Les États Unis l'ont qualifié de dictateur, de populiste et de criminel et ont exprimé "de vives inquiétudes" sur sa politique. En écho aux "préoccupations" américaines, L'Union Européenne a condamné les exactions de Duterte.

Que reproche-t-on au nouveau président Philippin?

D’après le Pentagone, la lutte que Duterte a décidé de mener contre les trafiquants de drogue ne respecte pas les droits de l'Homme. Il est notamment accusé d'avoir permis la mort d’environ 4000 trafiquants sans procès.

Duterte a réagi en qualifiant le Président américain de "fils de pute", et l'a affublé, lui et l'Union Européenne de nombreux noms d'oiseaux, leur demandant de se mêler de leurs affaires. Il les a qualifié "d'hypocrites",  mettant en avant la responsabilité des Américains dans le conflit syrien et le scandale des assassinats de nombreux Noirs américains par des policiers blancs. Depuis les décès de Kaddhafi et de Chavez,  hormis les sorties du Zimbabwéen Mugabé, les hautes instances américaines et européennes avaient perdu l'habitude de recevoir frontalement les insultes méprisantes d'un pays du Sud.

A la suite de ces escarmouches, le président Obama avait annulé, puis reprogrammé une visite d'État à Manille, tandis que Duterte a déclaré samedi dernier à Pekin sous une salve d’applaudissements son intention de « se séparer des États Unis et de rejoindre idéologiquement la Chine et peut-être la Russie. »

Depuis une dizaine de jours, Duterte sillonne l'Asie où il essaie de nouer des relations économiques plus étroites avec le Japon et la Chine

 Les Philippines furent une colonie américaine de 1899 à 1946, raison qui autorise les États Unis à "s'imaginer en territoire conquis, car souffrant d'un syndrome colonial " d'après Duterte. Il leur a demandé de « quitter le pays » s'ils n’étaient pas contents de sa politique car "je ne suis pas un chien en laisse et vous pouvez aller vous faire foutre". Ce rapport colonial naît lorsque Le Traité de Paris de 1898 qui marque la fin de la guerre hispano-américaine cède les Philippines, alors possession espagnole, aux Américains. Devenus un État indépendant, les Philippines signent en 1951 avec l'ancien maître un traité de défense  réciproque en cas d'agression armée extérieure. Ce traité est toujours valide.

La diaspora philippine, souvent confondue avec le métier de domestique (En Italie, les domestiques sont péjorativement appelés Philippins) applaudit son héros.

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Newsletter

Au sujet de La Factory

La Factory est l'un des plus anciens webzines de la planète avec nombre de refondations au fil des années. La partie "journal' est réalisée par des ami-associés-journalistes qui se partageront les bénéfices. Vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre, quelle que soit votre spécialité. Notre second projet ? changer le monde. La plateforme de blog, dépourvue de publicité et strictement à but non lucratif doit regrouper des milliers de bloggeurs exclusivement de gauche progressiste, du monde entier et dans toutes les langues.