Search - Minitek Discussions
Search - EasyDiscuss
Search - Ignite Gallery
Search - Categories
Search - Contacts
Search - Content
Search - News Feeds
Search - Web Links
Search - Tags
Search - Easy Blog

Alors que les smartphones et les réseaux sociaux n’ont plus aucun secret pour les adolescents, ceux-ci sont confrontés quotidiennement à une cyber violence grandissante.  Selon une étude publiée par le Centre Hubertine Auclert et son Observatoire régional des violences faites aux femmes, les résultats sont sans appel : 20% des filles de 12 à 15 ans sont ou ont été victimes de cyber sexisme pour 13% chez les garçons.

Le cyber sexisme qu’est-ce que c’est ?

On qualifie de cyber harcèlement, l’ensemble des comportements violents déployés sur internet (injures, harcèlements, rumeurs, humiliations) qui ont pour objectif de viser de façon mal inttentionné une personne. Le cyber sexisme aura la particularité de se concentrer sur l’attaque de l’apparence ou d’une particularité  physique de la personne. Cette pratique vise à contrôler et/ou surveiller la virilité ou l’attirance à tendance sexuelle des personnes.

Insultes, rumeurs… de telles violences ne datent pas d’hier, mais les nouveaux moyens de communication comme les smartphones, internet et les réseaux sociaux ont très largement participé à l’amplification du phénomène. Le partage de photos et de vidéos à caractère intime devient un jeu d’enfant. En parallèle, le web 2.0 rend chaque utilisateur acteur. L’internaute peut désormais réagir à un contenu pour le meilleur mais aussi pour le pire. Les photos partagées sur internet vont être relayées, diffusées, commentées sans qu’aucun réel contrôle ne puisse se faire par une quelconque autorité.

 

Qui sont les victimes du cyber sexisme ?

Selon une étude publiée en septembre 2016 par le Centre Hubertine Auclert les filles sont 1.5 fois plus touchées que les garçons par le cyber sexisme. Menée auprès de 1 500 adolescents scolarisés, cette étude montre que "les violences déployées via Internet et les réseaux sociaux sous forme d'insultes, de harcèlement, d'humiliation, de rumeurs", touchent en moyenne 3 filles et 2 garçons par classe. 76% d’entre eux affirment ne pas savoir comment réagir lorsqu’ils sont confrontés à du cyber sexisme ou du cyber harcèlement.

Du côté des filles, 20% d'entre elles disent avoir été insultées en ligne sur leur apparence physique contre 13% pour les garçons. Pour 17% d’entre elles, cette cyber violence était à  caractère sexuel  à  lui suite de photos ou vidéos diffusées avec ou sans leur consentement. Et enfin 22% d'entre elles reconnaissent avoir déjà été traitées de "pute" ou de "salope" via les outils numériques.

Les conséquences de cette cyber violence peuvent se traduire de bien des façons chez l’adolescent, du décrochage scolaire, en passant par la dépression ou encore la perte de confiance en soi. Et bien plus grave, ces pratiques peuvent déboucher jusqu’au suicide comme en témoigne l’aventure d’Océane 19 ans à Egly. La jeune fille s’est jetée sous un train en direct de l’application Périscope pour « faire réagir les gens ».

cybersexisme en chifre

 

Comment lutter contre le cyber sexisme chez  les jeunes ?

Face à ces chiffres alarmants, Le centre Hubertine-Auclert a publié un rapport illustrant une quinzaine de recommandations permettant d’accompagner et d'aider les jeunes. C’est ainsi que des kits de sensibilisation seront diffusés dans près de 1500 établissements, mais uniquement dans la région Ile-De-France.

Une campagne médiatique sera lancée prochainement afin de mettre des mots sur ces actes et faire sortir de leur mutisme ces nombreux jeunes confrontés à des cyber violences. L’idée est de faire prendre conscience à ce jeune public que les mots ne sont jamais anodins.

Un projet de loi viendra certainement conforter cette campagne de prévention. Il vise à  pénaliser juridiquement un auteur diffusant des images à caractère sexuel avec des intentions malveillantes. L’auteur sera alors passible de deux ans de prison et de 60 000 euros d’amende.

Espérons que ces mesures suffiront à changer ces nouveaux rapports virtuels entre les adolescents. 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
Type the text presented in the image below

Newsletter